Bio c’ Bon : quelles sont les offres de reprises et les repreneurs potentiels ?

16 octobre 2020

biocbon
Actualité

Bio c’ Bon : quelles sont les offres de reprises et les repreneurs potentiels ?

Le Tribunal de commerce de Paris a prévu de rendre son jugement le 2 novembre concernant la reprise de Bio C’Bon, distributeur spécialisé  placé en redressement judiciaire début septembre.

Un des repreneurs est son conçurent 

Biocoop, associé à un autre spécialiste, Marcel&Fils, qui prévoit la reprise de 104 magasins sur les 120 mais “100% des salariés selon son président Pierrick De Ronne, soit plus de 1000 employés. Désireux de préserver un “réseau bio spécialisé” des appétits de la “grande distribution”, il a en outre “augmenté substantiellement” le montant de son offre, à 17,5 millions d’euros. donnée importante car elle permet notamment d’apurer en partie le passif de Bio C’Bon évalue à 240 millions d’euros.

Un autre candidat sérieux en lice est carrefour qui intègre la reprise de 107 points de vente ainsi que le siège du groupe repris, des solutions de reclassement “proposées à 100% des salariés.

En matière d’investissements aussi, Carrefour affiche ses ambitions, avec un prix de cession global de 60 millions d’euros, auquel s’ajoutent plus de 40 millions d’euros d’investissements.

Enfin, le groupe Zouari, franchisé Casino et actionnaire de PICARD, chiffre la cession globale à 10 millions d’euros. Il prévoit de reprendre 100% du parc (120 magasins), “100% du personnel des magasins” et “100% du personnel de la logistique et l’ensemble du personnel administratif”. Il promet en outre “70 millions d’euros” d’investissements, “sur fonds propres”, notamment pour la rénovation des magasins. Ainsi que l’ouverture du capital de la structure de reprise aux salariés, à hauteur de 5%. Le groupe propose enfin aux quelque 2850 particuliers qui avaient investi dans l’entreprise – évaluée à 114 millions d’euros- “la possibilité d’accéder au capital de la structure de reprise, sans investissement supplémentaire de leur part.

Pour finir ce tour d’horizon, Naturalia, un moment intéressé par cette reprise, à reculé face aux différentes zones d’ombres du dossier.